Pourim dans le Judaïsme

Pourim dans le Judaïsme

Le 15 mars 2021

Accueil/Les fêtes/Pourim/Pourim dans le Judaïsme
Accueil/Les fêtes/Pourim/Pourim dans le Judaïsme

POURIM DANS LE JUDAÏSME

La fête de Pourim a une signification fondamentale dans le judaïsme.

  • Contrairement à Hanouka où la religion et la pratique juive étaient en danger, Pourim raconte la menace physique sur le peuple juif. Nombreux furent les exemples dans l’histoire, où les Juifs furent pourchassés non pas en raison de leur croyance, mais uniquement par haine gratuite. Le miracle de Pourim stigmatise l’espoir que les Juifs gardent toujours dans ces épreuves.

Il est un fait particulièrement marquant au sujet du Livre d’Esther : il s’agit du seul texte de la littérature juive sacrée dans lequel pas une fois il n’est fait mention de Dieu. Plus exactement, Dieu n’est pas cité explicitement, mais par de nombreuses allusions subtiles dans le récit. C’est que, si Pessah est l’histoire de la libération du peuple juif par de grands miracles surnaturels, Pourim est la délivrance invisible, l’action cachée de Dieu à l’intérieur des lois de la nature. Par leur seule prière, les juifs du temps d’Esther furent sauvés ; aujourd’hui seul le croyant qui place toute sa confiance en Dieu, peut reconnaître la vraie grandeur du miracle.

  • C’est même le sens du nom de la fête. Pourim, la fête des « hasards », exprime l’idée que précisément, rien n’est laissé au hasard par Dieu. Ce qui semble être, à première vue, une conséquence de l’histoire, un enchaînement d’événements fortuits, n’est en fait que le moyen choisi par Dieu pour déployer Son Œuvre de Bien.

En effet, le déroulement de l’Histoire ne se limite pas à la mise en place des pièces du puzzle juste au bon moment en faisant apparaître au roi Assuérus le vrai visage de Haman et la grandeur d’âme de Mordékhaï. En remontant plus loin dans le temps, on prend toute la mesure de l’action permanente de Dieu dans le monde. Haman est un descendant du roi Agag, lui-même issu de Amaleq, le méchant qui avait attaqué lâchement et sans raison les Israélites dans le désert, par l’arrière, à leur sortie de l’esclavage d’Egypte, alors qu’ils étaient faibles et fatigués. Amaleq représente l’incarnation de la méchanceté gratuite, qui est le principe diamétralement opposé à la nature même de Dieu. Des générations plus tard, lorsque le Shaoul, roi d’Israël, vengea son peuple et combattit Amaleq, alors gouverné par Agag, il eut pitié de ce dernier et ne le tua pas. Tandis que Agag eut pour descendance Haman, qui voulut lui aussi perpétrer à son tour le crime d’Amaleq, les générations de la famille de Shaoul comptèrent Mordékhaï et Esther.

Ce qui ressemble à un hasard est bel et bien l’œuvre de Dieu.

Catégories : Pourim

Laisser un commentaire

Vous avez aimé ?

Partagez

Découvrez nos Rabbanim

Annonces & Dédicaces sur Israel Torah

Commander